Bilan 2007 & voeux 2008

Publié le par clarac

Il est tant tirer le bilan de 2007 et de s’attaquer à 2008.

 

Je n’ai jamais autant publié que cette année écoulée : 11 publications sous mon nom et 3 sous pseudonymes. Soit en tout 27 publications depuis 2004 et 3 en attente, dont une en espagnol. La patience est décidément la seule véritable vertu de l’écrivain.

Je n’ai pourtant jamais si peu écrit. À peine un seul texte cette année. Mon AVC n’est pas étranger à cette inactivité : il m’aura fallu plus de 9 mois pour retrouver le chemin du clavier et ma « dyslexie fonctionnelle » me projette bien des années en arrière, à cette époque où je tapotais avec deux doigts. C’est désormais avec une seule main que j’affronte la page blanche. Car, après avoir cru ma vie d’auteur achevée… avons-nous déjà vu un gascon reculer devant l’adversité ? Comment aurais-je pu être le premier à renoncer à une bagarre ?

Je présente donc mes excuses pour les inévitables fautes de frappe de ce court texte, il me faut rapprendre à écrire, navré donc du désagrément, dans quelques mois plus rien n’y paraîtra, promis !

 

Je suis humain et donc en tant que tel je commets des erreurs. Entre autres celle de vouloir lutter activement contre l’illettrisme m’impliquant professionnellement dans un mouvement d’éducation populaire. C’est un échec et une erreur. Par principe j’irais au bout de ma formation, mais, mon AVC d’une part qui me rend désormais inapte à intervenir sur le terrain (du moins dans la configuration habituelle des métiers concernés) et la politique éducative des mouvements d’éducation populaire sur ce « front » de l’illettrisme, me rend totalement inutile et inefficace. De fait mon AVC clôture ma carrière d’animateur socioculturel avant qu’elle ait pu réellement commencer. Il s’agit là d’un fait incontournable qu’il m’aura fallut longtemps à admettre. Il me tarde donc le 25 avril 2008 pour recouvrer mon entière liberté de mouvement et intervenir, comme je l’ai toujours fait sur ce front qui me tient vraiment à cœur, en franc tireur. Jusqu’à cette date donc, on ne devrait pas trop m’entendre ici ou là. Ensuite, ce sera sous le masque du pseudonyme que j’avancerais.

Si vous devenez un visiteur assidu de ce blogue, vous aurez donc le privilège d’avoir de mes nouvelles. J’annoncerai, s’il y en a, mes publications futures, les supports, pas les pseudonymes !

 

Pour 2008 il me faut donc réapprendre à écrire, voilà une tâche délicate, mais je relève le défi avec joie.

Pour 2008 je vous souhaite à tous le meilleur et uniquement le meilleur dans tous les compartiments de votre vie.

Pour 2008, puisque j’estime que quelque part je suis mort le 17 avril 2007, les rares textes que je parviendrais, peut-être, à écrire serons tous désormais proposé sous pseudonyme. J’aviserai ensuite, en cas de sélection, si je dévoile ou non mon identité. Je désire réellement, surtout désormais qu’il me faut tout rebâtir, que mes textes soient publiés pour leurs qualités propres et pas sur mon. Ce qui est un risque relatif, car bien que je dispose d’un casier littéraire très supérieur à certains, ma discrétion dans les cercles numériques me permet de rester paisiblement dans l’anonymat de l’ombre. J’espère, cette année encore, pouvoir lire la critique d’un de mes textes où l’on me compare à moi-même (sous pseudonyme).

Pour 2008, vu que l’écriture n’est plus désormais l’atout de mon arsenal, je vais donc donner à mon association Chantiers Imaginaires et à sa revue fanique Station Fiction une priorité réelle. Même si la revue est quelque peu endormie, par ma faute et ma négligence. Cependant, cette revue n’est pas crée pour accomplir ma promotion personnelle ; il serait paradoxal que je choisisse de poursuivre ma carrière littéraire (façon de parler) sous divers pseudonymes (et il y en aura plusieurs !) et médiatiser mon nom avec le fanzine ?

 

Enfin, bonne et heureuse année 2008
Sébastien CLARAC

Publié dans errances...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article