Bouquet Final

Publié le par clarac

Bouquet Final

 

 

Une jolie Comédie d’1h41’ sur un thème que ne l’est pas forcément a priori : les pompes funèbres… Au scénario, Michel Delgado. Avec comme comédiens, entre-autres, je ne vais pas tous les citer (même s’ils le mériteraient), Didier Bourdon, Marc-André Gondrin, Marthe Keller, Gérard Depardieu, Philippe Laudenbach (qui nous a fait honneur de sa présence), etc. (navré pour ceux que je ne nomme pas, il n’y a aucun ostracisme de ma part).

Sortie officielle le 5 novembre 2008…

Alors, je le dis de suite, vous n’aurez aucune excuse valable pour ne pas aller le voir !

Je ne suis pas personnellement un adepte des comédies à la française. L’humour franchouillard, les gags tartes à la crème qui sonnent creux ; ce n’est pas mon truc. Et j’avoue que je redoutais assez ce travers. Et bien, non. Bien entendu ça reste une comédie, et sur un thème pareil c’était un sacré défi, mais à aucun moment l’humour ne s’essouffle, ni ne vire au gag « gros/gras » habituel du comique franchouillard. Ce ne sont pas pourtant avec des éléments naturellement comique que se déroule ce récit qui confronte, comme un parcourt initiatique, un jeune-homme à l’univers des croques-morts. Ou pour résumer, comment en vivant au quotidien avec la mort et cette image qu’elle a dans notre culture, rester et se révéler un être humain à part entière.

Petite commentaire en aparté, si les films et les comédies sont nombreuses sur les « commencement » de la vie, la naissance ; sur son aboutissement, la mort, pourtant inéluctable, ce film, à ma connaissance (mais je ne suis pas un spécialiste) est le premier du genre. Rien que pour ceci, ça vaut le détour.

Ce film garde complètement son caractère de comédie, or il parvient à donner une dimension humaine, et vivante, à un récit qui tient bien la route (et là c’est l’auteur qui le dit). En clair, j’ai été agréablement surpris et bien plus…

L’interprétation de Didier Bourdon est surprenante à plus d’un titre. Je crois que dans ce rôle il nous offre un visage de lui qui lui correspond bien. Il parvient à donner à son personnage une véritable dimension humaine qui soutient, à mon avis, tout le film.

Je ne sais pas comment les spécialistes du genre interpréteront le court passage « mélo » à l’intérieur de cette comédie, personnellement je trouve que celui-ci renforce considérablement l’aspect « humain » du récit et des personnages et tend à renforcer, par un contraste mesuré toute la trame comique. Ce qui en fait un film d’un incroyable intérêt !

C’est tellement humain, que l’humour reste intelligent ; on sent que le scénariste à côtoyer cet univers assez longtemps pour nous le restituer sans glisser dans les clichés.

Maintenant je ne veux pas trop en dire… allez le voir et faites-vous votre opinion !

Pour conclure, rapidement… Il me semble bien qu’une certaine scène de fou-rire deviendra culte…

Et pour ceux qui pourraient craindre qu’une comédie sur ce thème délicat n’est pas « tout public », parmi les spectateurs : mes enfants (9 et  11 ans), qui ont rit comme les autres. Et si, la subtilité de certaines scènes échappe nécessairement au plus jeune. Il n’y a rien qu’ils ne puissent ne pas voir, à mon avis.

En clair… hélas, tôt ou tard nous serons bien confrontés aux pompes funèbres. Seulement, après avoir vu ce film, vous aurez forcément un autre regard sur ces gens qu’on n’ose pas regarder en face. La poignée de main sera-t-elle donc destiné à un être humain ?

 

Sébastien Clarac

Publié dans mes lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article