20090309 Pffff!

Publié le par clarac

Le premier trimestre 2009 touche presque à sa fin, et les résultats du seul trimestre actif de 2008 (le dernier) tombent.

Bien qu’ils soient incomplet à cette heure ; j’en suis à 10 soumissions et 2 sélections ; soit 20%... plus si l’une des deux réponses en attente s’avérait positive. Donc deux publications en attente pour 2009. Les chiffres sont amusant, et révélateurs : 0 en concours, 2 en AT. J’ai même un truc inclassable que j’ai quand même catalogué en « échec » : un truc du genre « vous n’êtes pas sélectionné, or nous vous invitons à reprendre votre texte à nous le resoumettre ! » jamais vu, et moi qui pensais être « original » à la Station en invitant des auteurs à resoumettre… comme quoi on réinvente l’eau froide tous les jours. La Station, je vais en reparler…

Les contributions de ce trimestre ; 7 d’effectives et 4 en attente de mis en œuvre ; feront 11 contributions, déjà autant que pour tout 2008. Ce qui statistiquement donne 2 futures sélections à venir. Mais bon, les statistiques, c’est comme la mayonnaise, ça ne prend pas à tous les coups. À partir du trimestre prochain, les sélections concerneront de publication pour 2010, très certainement.

Vais-je conserver le rythme ? Vais-je améliorer ma performance et passe de 20% à 100% ? 100, certainement pas, la perfection n’existe pas, disons qu’elle n’appartient qu’à Dieu et que je ne le suis pas. Ceci-dit, 99 n’est pas impossible, un jour, peut-être, avec de la chance, un rituel vodou, un sacrifice humain et la vente de mon âme… ça c’est déjà fait, bon, tant pis.

Ce n’est déjà pas cette semaine que je vais améliorer mes statistiques avec ce machin, que je me trimbale partout, et qui espionne mon cœur comme un voyeur une jeune étudiante sous sa douche ! Juré, promis, craché, après ça vu que tout ce qui commence à un moment, cesse bien à un autre, le neuro me fera un caprice si il veut, mais c’est fini, je rompt, il ne me verra plus.

Je n’ai même pas envie de m’occuper de la Station… ni celui de travailler mon bidule. Rien de rien.

Demain ça ira mieux.

 

La Station… Des changements, des mutations, des révolutions, des émancipations.

À en croire certaines définitions, très précise du fanzinat ; incontestablement la Station n’est pas un fanzine ! On en a discuté avec l’équipe qui a suivi ça avec amusement ; il en ressort que nous, c’est nous et toi t’es toi (ou tais toi !). On ne va rien changer à ce qu’on est, ni à ce qu’on veut faire, ni comment on le fait. Mais comme ce que nous faisons n’est pas un fanzine, le mot n’apparaîtra plus en couverture. Ce n’est que de l’ergotage sémantique, mais nous préférons appeler un chat un chat et un périodique littéraire d’exploration des genres de l’Imaginaire, un périodique littéraire des genres de l’imaginaire.

Nous n’avons aucun des autres gènes fanesque. Déjà nous ne sommes fan de rien, ensuite nous ne nous moussons pas entre potes puisque nous nous interdisons l’auto publication, nous ne consacrons aucune rubrique à rien. La porte est grande ouverte, nous ne sommes pas un club fermé qui ne s’occupe que de ses potes, la preuve nous allons cherche des auteurs en Croatie et en Afrique (bientôt), pas pour les faire découvrir par les lecteurs français, non, uniquement parce que ça nous amuse…. Et pourquoi d’autre diable ferions nous cela si ce n’était pas pour permettre la découverte des autres imaginaires d’ailleurs ?! exactement comme la collection Dimension chez Rivière Blanche.

Voilà qui est fait, Station Fiction n’est pas un fanzine, que soit bien clair et net pour tout le monde. Même si au fond… quelle importance ? Mais quand même.

Comme quoi, on apprend tous les jours, hier encore j'étais persuadé de faire du fanzinat, et aujourd'hui je réalise que non. A, l'ignorance je vous jure, ça ne rime pas avec innocence pour rien.

je vous donne rendez-vous à la prochaine gacsonnade, le 19, normalement.
Sébastien CLARAC (épuisé par sa propre bêtise)

Publié dans errances...

Commenter cet article