20090409 Je ne parle pas de Sarkozy...

Publié le par clarac

Non, j'ai beaucoup plus important à faire...

 

J’ai failli oublier que nous étions le 9 avril et que je me devais de rédiger une brève gasconnerie. Informé ma horde de fans surexcités qui campent, nuit et jours, devant ma porte et ne quittent plus leur scaphandre, même pour dormir !

« Calmez-vous, ou je ne distribue pas les photos dédicacées ! … Merci. »

Heureusement que j’ai un peu d’imagination…

 

Un petit point alors ?... Donc 19 textes en lecture, 2 triples soumissions, et 1 double ; pour l’essentiel des « reprises » et quelques nouveautés qui bénéficient de ma nouvelle méthode de travail que j’expérimente pour l’instant. Respectueux de mon principe « il n’y pas pire juge d’une œuvre que son auteur » ; j’attends avec impatience les retours des comités de lecture et des jurys des concours pour en évaluer les effets.

Toujours 2 textes de 2008 en attente de retour.

Mon vrai/faux roman végète, trop accaparé par trop de choses assez inconciliables que je ne veux pourtant pas lâcher (entêtement typiquement gascon !) ; il me faut impérativement le boucler d’ici la fin du mois, quitte à renoncer à participer à certains appels à textes car je sais que mai et juin seront très lourd dans mon planning !

 

Pour Station Fiction, le n°2 « Premier Contact » est à l’imprimerie. Aux lecteurs de nous transmettre leurs avis. Nous avons tenté d’éliminer quelques défauts, la Bédito est devenue une BD indépendante (encore lié au thème), mais à l’avenir elle risque de s’en libérer… Donc, un vrai éditorial, que personne ne lira, ouvrira le bal. Le canard cosmique qui avait été écarté pour cause de péremption, est testé ; nous verrons bien comment ce dernier sera perçut. Une fois encore, je ne peux pas publier des textes que je ne reçois pas, et donc la qualité de la revue dépend avant tout de celle des textes que je reçois. Peut-être que par certains côtés la barre a été, d’emblée, placée un peu haute avec le n°1….

Le sommaire du N°3 est déjà presque bouclé. Je vais essayer de prendre de l’avance avec ce prochain opus pour éviter le retard du n°2.

Je suis, à peine, surpris par les réactions de nos cousins du Québec, qui si les choses continuent à ce rythme, seront bientôt plus nombreux que les français parmi les abonnés ! Il est vrai que par principe je préfère tenir compte de ce qui nous rapproche et oublier ce qui nous sépare, la flaque qui nous sépare donc est royalement ignorée. Je garde et confirme le fait que l’abonnement n’est pas majoré pour nos amis des berges du St Laurent. Ce qui est vrai pour eux, l’est aussi pour le reste du monde et de l’univers. Ceci pour dire que l’idée de réaliser un Station Fiction 100% québécois m’a effleuré l’esprit…

Mon petit doigt me dit que l’un des prochain Nocturne sera d’un intérêt intergalactique… ha, les rumeurs je vous jure !

Merci à eux… faites-moi savoir comment demander la double nationalité.

 

Pour en finir avec la Station, je réfléchis à certains changements. Un projet de concours littéraire, trouver une bonne solution pour le collectif « l’Homme et la Lune », etc. Etc.  À suivre.

Je commence à recevoir des SP (Services Presse)… Comme quoi cela est possible ! maintenant, mieux vaut m’informer avant de l’intention de m’envoyer un SP, car je ne lis pas les recettes de cuisine.

Il me reste à parler de Brins d’éternité n°22, d’Éclats de rêves n°16, de Nocturne n°11 (dès que je me serais abonné). Il me faudra aussi penser sérieusement à m’intéresser à Clair Obscur (encore des Québécois). Je parlerais aussi de l’anthologie « autre temps » dirigée par Lucie Chenu, et de la même Illustre et charmante personne, de l’anthologie Identité. Et aussi du Galaxies HS « 41 ».

Hé oui, l’écriture n’est que le côté pile d’une pièce qui n’a aucune valeur sans son côté face, la lecture. Moi, je suis sur la tranche…

 

Beaucoup de choses vont se décanter pour moi ce mois-ci. Avec l’espoir que certains verrous sauteront et que ma marge de manœuvre en sera agrandie. J’en doute un peu. Tant que de nouvelles limites ne viennent pas m’entraver encore davantage, ce sera déjà très bien !

Pour conclure, avec les beaux jours qui reviennent, je me sens bien (même si ce n’est pas vrai), et c’est là le principal, me tenir à ce mensonge qui me fait avancer.

 

Le prochain message sera non pas le 19, mais le 17 ; pour le second anniversaire de mon AVC, serais-je nostalgique d’une vie antérieure oubliée, gonflé à bloc par des perspectives d’avenir éblouissantes ? Philosophe ? caustique ? sarcastique ? Je n’en sais strictement rien !

Cela ne changera rien à ma dyslexie fonctionnelle, à mon beoin de douze heures de sommeil quotidien et au fait qu'hélas, je devrais toujors faire renter 96h dans 24 !
 

Sébastien CLARAC

Publié dans errances...

Commenter cet article