Avant propos.

Publié le par clarac

Avant propos.

  
   Parmi les habituelles bonnes résolutions à prendre pour la nouvelle année (2011) qui s’annonce il en est une que je peux exposer dès à présent.

   Mon désir d’écriture insatiable, et contre lequel je ne peux rien en fait, se heurte tout de même à de nombreux obstacles qui ne me permettent pas de m’y abandonner comme je le souhaiterais.

   Force est de constater que sans un retour à la source intime de ma vocation, celle qui me pousse à tenir la plume depuis… trente ans ? déjà !... je suis dans l’incapacité de surmonter les obstacles techniques et basiques que mon handicap hérité des séquelles de mon AVC de 2007 ont dressés devant moi et me contraignent à ne presque plus rien rédiger. Depuis presque quatre ans j’ai expérimenté mile et une façon d’écrire pour surmonter cette épreuve, renouer avec la créativité. À cette fin j’ai commis tout ce temps l’erreur impardonnable de considérer la publication comme un critère fiable, pour l’indicateur qui témoignerait de ma résurrection. Oui… mais non. Le constat s’impose ; je me suis fourvoyé toutes ces années. Ceux qui me connaissent savent combien il m’en coûte de reconnaître mes erreurs…

   La première de mes résolutions est bien de m’affranchir de ces entraves et cela implique de retourner à l’écriture de manière à y retrouver son essence fondamentale pour moi : le plaisir. J’ai ni plus ni moins décidé de retourner à mes pratiques originelles et de n’écrire que pour assouvir ma satisfaction égoïste. Donc d’écrire ce je veux, ce que j’aime, ce que j’ai envie sans autre considération ni objectif que d’écrire et d’y pendre plaisir.

  L’égoïsme intrinsèque de l’écriture, sa pratique avec pour véritable objet la satisfaction d’un plaisir intime c’était effacé ses dernières années dans ma pratique pour répondre à des critères normatifs puisque la quête de la publication, de l’épaississement à tous prix du casier littéraire avait pris le pas sur la raison même qui engendre toujours au plus profond de mon âme le besoin d’écrire. Hors de question de lutter d’avantage contre ma nature et mon essence et qu’importe si mon écriture s’épanouit désormais contre les codes et les normes qui prévalent dans l’un ou l’autre des milieux littéraire dans lesquels je sévis. Il y aurait tant à dire, tant à débattre et échanger…

  Assumons au passage l’âme rebelle et provocatrice du gascon que je suis et au diable le reste !

Cela va impliquer de nombreux changements et il est inutile de tous les évoquer.

Un seul mérite de se livrer ici puisqu’il est le mobile même de cette intervention :

 

    J’ignore ce que cela donnera ni ce que ça vaudra, mais je vais vous livrer désormais chaque mois durant tout 2011 un chapitre/épisode d’un feuilleton de SF/Polar. SF parce que c’est ce que j’aime écrire et que je veux écrire et que m’importe que le genre soit mort, désuet, ringard ou marginal désormais. Ce débat ne m’intéresse plus. Polar parce que ça fait longtemps que je veux m’essayer au genre. Et surtout que je ne vois pas en quoi ces derniers seraient antagonistes…

    Je vous invite donc à suivre chaque mois les péripéties de la première aventure de Vigo Dunhill, un enquêteur singulier confronté à un mystère insolite dont il va devoir démêler les fils tarabiscotés avant qu’il ne soit trop tard…

  

N’en dévoilons pas plus pour l’instant et découvrez dès la semaine prochaine le premier épisode !

 

Sébastien CLARAC.

 

 

PS. Outre ce feuilleton dont les épisodes seront mis en ligne avec la cadence espérée d’un par mois. Mais ce pourra être plus, si l’inspiration me porte, ou moins si je dois à nouveaux affronter les aléas du monde réel. Je tâcherais de garder à jour les autres rubriques de ce blogue.

Espérons que la mise au format "blogue" ne nuira pas trop à la lecture...

 

Retour au sommaire :

http://clarac.over-blog.com/article-vigo-2011-editorial-et-sommaire-71898443.html

MAJ 17/04/2011

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Buisson geneviève 11/01/2011 09:22


j'approuve de la tête et applaudis des deux mains cette résolution pour l'an neuf. Que voilà la bonne manière de se libérer du dictat de la pression éditoriale. L'écriture c'est avant tout la
création dans la liberté. Les concessions aux modes et aux décisions arbitraires de certains professionnels ou critiques ne s'accordent pas avec la réalité, brident l'imagination, le plaisir.
Seul l'écrivain a le pouvoir.
Allez ! Ôtons ces chaînes !!
Nous relirons -en souriant ??- ces décisions sur 2011 pour l'an neuf prochain...
Sans blague, je me pose aussi sérieusement la question d'évacuer de mon esprit le monde d'à côté pour ne plus me préoccuper que de faire vivre la page blanche au gré de ma fantaisie.
En attendant, bien du plaisir Sébastien.


richard tremblay 20/12/2010 15:31


Yess !