Lecture 2012, semaine 09 : Dégénération future

Publié le par clarac

 

Alain Blondelon
2090.
Dégénération future
ISBN-13: 978-1-61227-080-7
212 pages


degeneration02Les rescapés de l'Onde de choc, vont devoir affronter de nombreux dangers. Mais toutes ces menaces, tous ces risques ne sont rien, en comparaison de la terrifiante mutation dont peut être victime la nouvelle génération.

Les survivants pourront-ils sauver la "DEGENERATION FUTURE" ?

 

illustration
Adam TREDOWSKI

 

http://www.riviereblanche.com/degeneration.htm

 

 

 

.        On retrouve dans Dégénération Futures tous les ingrédients attendu d’un bon post-apocalyptique bien classique. Des survivants qui s’accrochent à un semblant de civilisation, parfois un peu revisité, des seigneurs de guerres, des « bestioles mutantes », un monde dans lequel il faut parfois tuer pour une boîte de conserve périmé. Pour faire court, une sorte de Mad-Max bien de chez nous entre Vendée, Normandie et Bourgogne… et un petit saut de puce en Irlande.

.        Nos héros, déjà ceux de L’onde Choc, qui y ont survécu, à ses chiens, à ses rats et aux soldats, réfugié dans une communauté qui s’accroche à une certaine idée de la civilisation vont devoir partir à l’aventure. Leur mission est simple à énoncer ; trouver de nous sites de ravitaillement, éventuellement nouer des contacts avec d’autres communautés, dégoter un médecin et surtout trouver une réponse à l’angoissant problème des naissances difformes, les « dégénérés » qui marquent la nouvelle génération. Est-ce un problème local ou plus général ? Assurer la survie au quotidien de la communauté est déjà problématique, maintenant il faut aussi s’inquiéter du devenir de l’espèce !

.        Drôle de mission, de quête pour Alain et Jocelyne. Inutile d’en dire davantage sans prendre le risque de gâcher la lecture.

.        Une lecture au demeurant facile soutenu pour un style sans complexité inutile et au rythme soulevé. Pas le temps de s’ennuyer dans les pas de nos deux héros en lutte, d’abord, contre eux-mêmes.

.        Si a priori ce post-Apo, bien classique, avec ses ingrédients bien attendus réussi encore à prendre c’est bien qu’une première lecture, proprement divertissante et récréative se suffirait à elle-même pour que la Dégénération Future atteigne se premier objectif ludique grâce à ces personnages qui pourraient nous ressembler et ce paysage, même dévasté, qu’ils sillonnent et qui reste le nôtre. Aussi, sans aucun doute parce que Alain (l’auteur, pas le personnage, quoi que) assaisonne les ingrédients de base de la célébrissime recette de la Post-Apo, à sa manière. Une petite nuance, un petit tour de main, qui aide peut-être à faire la différence et à rendre l’attendu surprenant, dans une certaine mesure toutefois, le genre impose semble-t-il ses limites.

.        Maintenant, tout bon lecteur de Science-fiction, ne saurait s’arrêter au premier degré de lecture de divertissement, même s’il reste essentiel, mais va un peu plus loin. À ce second niveau de lecture, certains pourront peut-être nourrir leur réflexion sur la supposé équité des civilisations et de la manière dont elles s’acceptent ou se confrontent ; même si ce degré de lecture n’est peut-être pas intentionnel chez l’auteur, l’air du temps permet cette perception… Or, c’est surtout l’interrogation sur ce qui définie l’être humain, en tant que collectif et surtout en tant qu’individu qui peut se lire en filagramme dans ce roman ; ou pas.

.        Avant tout, il s’agit d’un bon roman de divertissement, facile et agréable à lire, sans qu’il soit besoin de se prendre la tête, sauf pour ceux qui ne peuvent pas s’en empêcher comme moi.

 

Sébastien Clarac

 

Publié dans mes lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article