Nécromanciens

Publié le par clarac

Nécromanciens

De La Martinière Jeunesse

 

 

.      Il n’est pas dans mes habitudes de parler des titres qui sont « produits » par les gros/grands éditeurs qui en plus vont chercher leurs auteurs outre-atlantique. D’une part et surtout parce qu’en fait je suis souvent déçu par ces lectures qui sont rarement plus intéressantes, originale ou mieux écrites que ce que mes confrères créent et livrent aux lecteurs via des éditeurs confidentiels. Éditions indépendantes ou du fond du placard si ce n’est du tiroir bien invisible aux confins de l’ombre et qui pourtant, pourtant…

.      De fait, ceux qui m’envoient leurs créations en toute amitié savent que mon silence est un discours plus éloquent que ma prose délitée.

.      Si par conséquent je me permets de rédiger une petite chronique au sujet d’un titre qui appartient au catalogue d’un éditeur qui n’a pas besoin de ma modeste voix pour se faire connaître et d’un auteur non francophone. Deux transgressions majeures à mes principes qui suffisent à elles-mêmes pour comprendre que je ne brise pas le silence sans raison.

.      Pour être tout à fait honnête j’avais bien décidé de ne rien en dire et puis, zut !

 

.      C’est un vieux débat et une recette secrète de marketing pour envoûter la main du lecteur vers un titre plutôt qu’un autre. En fait, ce coup-ci si j’ai cédé à la tentation c’est à cause du titre « Nécromanciens » en me disant : Crotte zut, pu…. De Me…de mais c’est MON TITRE qui est-ce qui me l’a piqué et surtout, qu’en a-t-il fait ? Et bien oui, marre et plus que raz le bol des vampires (il s’est même ouvert une collection chez arlequin qui surfe sur cette mode fétide). Je commence à avoir les vampires autant en grippe que l’intimisme et c’est peu dire ! Alors un peu de concurrence en nécromancie a forcément attiré mon attention et mon intérêt.

.      Qu’en a-t-il fait ? Qu’en a-t-elle fait oui ! Lish Mc Bride est diplômée en fiction de l’Université de la Nouvelle-Orléans. Elle vit à Seattle avec sa famille, ses deux chats, et un chihuahua. C’est son premier roman. Et voilà pourquoi en fin de compte qu’après tout je sors ma rivale nécromancienne de l’ombre, un premier roman mérite la lumière…

.      Dans cette lutte acharnée qui nous oppose, pauvre mage noir, aux vampires qui ont envahi la quasi-totalité du champ imaginaire ce serait trahison que de ne pas évoquer une de nos rares victoires de reconquête ! Même si ma voix n’est qu’une larme dans l’océan…

 

.      4ème : « Que feriez-vous si vous appreniez un beau jour que vous possédez le pouvoir de réveiller les morts ? C'est ce qu'il arrive à Sam, lorsqu'il croise la route de Douglas, nécromancien aussi puissant que cruel. Brutalement plongé dans un monde féroce, emprisonné et torturé par Douglas, Sam va vivre un véritable enfer et rencontrer des créatures qui n'appartiennent pas à notre monde. »

 

.      Sam doit relever le défit habituel de l’adolescent à construire son identité ; si ce n’est qu’il doit en plus découvrir sa véritable nature, les codes d’un monde dont il ignore tout et survivre à une menace sérieuse et peut-être fatale… Il faut reconnaître que les mœurs chez les nécromanciens ne sont pas faites pour ces fillettes de vampires…

.      Lish McBride nous livre un univers cohérent et bien construit qui se dévoile peu à peu au cours du parcours de son héros lors de sa quête d’identité et de survie. Bien que destiné à un public jeunesse cette histoire peut séduire sans aucun doute un public plus large. Malgré un bon équilibre entre le suspense de l’intrigue et les inévitables rebondissements, peut-être induite par le désir d’exposer son univers, ou les concessions au sentimentalisme, le récit pêche parfois par quelques lenteurs qui ne lui nuisent pas pour autant. Moi ça ne me gêne pas, il s’agit bien d’un avis personnel qui ne vaut que pour moi, rappelons-le… Or mon apprentie nécromancienne, (grande exterminatrice de vampire !) bute sur ceux-ci. Si je précise bien qu’il s’agit d’un avis personnel c’est bien parce que je constate de plus en plus que ce que j’apprécie est souvent à contre-courant des normes majoritaires.

.      Tout laisse entendre qu’une suite est possible et je l’attends déjà avec impatience.

 

Sébastien Clarac, Nécromancien…

 

De La Martinière Jeunesse

Date de publication : 07/10/2010

145 mm (largeur) x 215 mm (hauteur)

416 pages

ISBN : 2-978-7324-4314-0

 

http://www.lamartinieregroupe.com/livre/Nécromanciens/9782732443140

 

Désolé si l’image de la couv n’apparaît pas…

Publié dans mes lectures

Commenter cet article