Rendez-vous à Bagneux ! 23& 24 février 2013

Publié le par clarac

 

Pour ceux qui pourraient se rendre à salon de Bagneux les 23 & 24 février 2013, je vous y attendrai, passez me donner un petit bonjour, promis je ne vous répondrais pas en occitan !

C’est le seul salon de programmée cette année (pour l’instant), mon unique sortie parisienne de prévue. Tout cela pour tenir le stand des Chantiers Imaginaires, présenter le dernier STATION FICTION, n°5. Je me doute bien qu’on me posera plein de questions pour comprendre ces trois années de retard, s’informer sur l’avenir de la revue et des autres projets en suspens. De mon mieux je répondrai aux questions, mais je n’ai pas toutes les réponses…

Quoi qu’il en soit, en sus de représenter seul les Chantiers Imaginaires, j’y serais aussi pour signer/dédicacer, éventuellement, des anthologie ARCANES pour les éditions Voy’els, s’il en reste ou si seulement on en demande encore. Il n’est pas impossible que je doive aussi signer pour une ou deux autres anthologies, mais je ne suis pas certain de leur présence ou des demandes. Hormis Perles Génésiaques pour les Chantiers, dont je n’aurais que 8 exemplaires. Donc si vous comptez vous y rendre, réservez-le très vite parce qu’après…)

Retrouvez-les sur le site : http://chantierimaginaire.voila.net/

Bon, je ne vais pas trop m’épancher sur l’association ici.

Seule certitude, hélas, je n’y présenterai pas mon roman puisqu’il ne sera pas paru, pas encore. Donc, pour l’instant, je n’en parle pas plus ; j’espère l’évoquer à nouveau autour de pâques même si je me doute bien que cela sera certainement plus tard.

Autre certitude, il va me falloir changer de clavier, celui-ci ne frappe plus un certain nombre de lettres, ou difficilement, (comme le z, le x, et une dizaine d’autres !) ce qui complique beaucoup mon travail.

Comme je serais bientôt débarrassé de quelques entraves, je pourrais me consacrer entièrement à l’écriture (je n’ai pas écris une ligne depuis trois mois) et aux Chantiers Imaginaires.

 

Sébastien CLARAC

Publié dans errances...

Commenter cet article