Vieille Branche

Publié le par clarac

.           Bonjour.

.           Une petite excursion hors de la grotte pour une info/actualité…

.           Or voilà après avoir refusé une interview à Fabien Lyraud, et refuser à d’autres des « commandes » ou autres joyeusetés du genre, je ne pouvais pas en plus lui refuser un texte alors que par principe, par habitude, je soumets toujours aux fanzines et webzines des textes ne serait-ce que parce qu’en tant qu’auteur c’est le meilleur moyen que je connaisse pour soutenir la cause littéraire et celle de l’imaginaire. Même s’il est rare que je signe de mon nom véritable et qu’au regard des circonstances je change de pseudonymes comme de chemise (ou de chaussette, comme vous voudrez).

.           Je me fais rare, dit-on, en réalité c’est vrai, du moins en partie. Pour bien des raisons dont je ne souhaite pas toutes développer ; la principale demeurant que même après dix ans de labeur, d’apprentissage de mon artisanat d’auteur j’ai encore beaucoup de choses à découvrir. Le format court de la nouvelle avec ses exigences, ses contraintes et ses subtilités (que je ne maîtrise sans doute pas à la perfection) reste à mes yeux la meilleure école d’écriture qui soit. Quand bien même depuis un an maintenant je m’en détache peu à peu pour me consacrer d’avantage au long, au romanesque, je reste fidèle à la nouvelle car elle reste mon laboratoire d’expérimentation favori ; m’essayer à de nouveaux genres littéraires ou interroger et bousculer les écoles stylistiques. Quoi qu’il en soit bien que cela ne fasse que dix ans que j’écris pour être lu, quant à la décennie précédente le clavier était déjà bien présent mais avec une tout autre optique.

.           Comme je l’avoue sans complexe et puisque la « nouvelle » est pour moi un terrain d’expérimentation cela fait donc vingt ans que je développe deux univers qui me sont très personnels, un en fantazy qui na pas à être évoqué ici et un autre en Science Fiction. Sans aucun remord je me sers des thématiques des concours littéraires et des appels à textes des éditeurs pour enrichir ces univers. J’écris donc « toujours » quelque chose pour l’un ou l’autre (et encore les autres…) même si bien souvent cela ne dépasse guère le synopsis détaillé accompagné d’un résumé assez long. Plus rare encore cela aboutit à un texte qui plus rarement encore répond assez à mes critères pour mériter d’être une « nouvelle » et plus difficile encore de justifier que je la transmette pour lecture.

.           Donc, de temps en temps un texte part en lecture, pas plus d’un ou deux par ans.

.           C’est un peu le cas de Vieille Branche qui ne répond pas à tous mes critères pour mériter le statut de Nouvelle ; bien que mis en récit, ce récit ne se suffit pas lui-même. Toute fois ce texte est fondamental pour mon Univers SF en Space Opéra puisqu’il se situe chronologiquement plusieurs siècles après L’œil de Skadi (in Géante Rouge 19) et plusieurs milliers d’années avant Heitô, la lampe d’ombre (anthologie Arcanes). Et d’autres textes disséminés ici ou là sous pseudonymes…

.           Pour des raisons pratiques et pour structurer à l’avenir la rédaction de cet univers je l’ai compartimentée en trilogies, en douze trilogies à ce jour mais c’est juste des charnières historique, les nœuds de la frises chronologique qui s’étend sur plus de 50 000 ans… L’avantage de Vieille Branche est, sans être chronologiquement central, d’évoquer succinctement, de résumer (et donc d’édulcorer les complexités et la richesse) de l’univers. Barycentre est évoqué, et cet événement majeur, fondamental, aura sa trilogie. Les Rameaux sont aussi présentés, rapidement et pour leur part il faudrait compter une infinité de trilogies.

.           Vieille Branche est un texte du Hiatus, et appartient à l’une des deux trilogies dédiées à cette période. Même si par sa nature celle-ci est plus propice à la rédaction de nouvelles que de romans… Mais bon il faut bien structurer son travail, et j’avoue que pour la trilogie de la Chasse, je suis de plus en plus tenté, comme pour d’autres, de le faire précédé d’un recueil de Nouvelles. Peu importe le chantier de cet univers mijote depuis vingt ans et je sais déjà que je n’en écrirai jamais le quart de la moitié. C’est peut-être la raison pour laquelle je sème au gré des circonstances des nouvelles ici ou là et que j’ai cloisonné l’univers en trilogies pour au moins parvenir à en écrire une complète un jour. Ce qui est presque fait pour l’une d’elle, or avant de la présenter à la lecture les trois volets doivent être écris, nous sommes donc au trois quart de cette étapes… Vieille Branche, qui n’est pas un texte d’une qualité exceptionnelle et ne mérite pas tout à fait le qualificatif de nouvelle, reste un texte important, la clé essentielle, pour toucher le cœur de cet univers. Avec ce texte vous possédez les éléments nécessaires et suffisant pour trouver, et cela quel que soit le nom avec lequel je signerai les prochaines nouvelles de cet univers ou les trilogies qui mijotent.

.           Il faudra être patient, les éditeurs français sont frileux (frigide) au sujet des suites en général, des trilogies en particulier. Raison pour laquelle j’attends d’en avoir achevé une avant de la proposer à la lecture. Des romans isolés, hors trilogie, sont toujours possibles… mais pour l’heure, puisque la rédaction des trilogies est déjà en cours ce seront surtout des nouvelles qu’il faudra chercher.

.           Maintenant, si vous le permettez, je dois retourner dans ma grotte car cet Univers de Space Opéra n’est pas le seul qui nécessite mon attention, j’ai plein d’expériences littéraires à mener, une foule d’histoires à créer pour m’amuser, des romans à achever, des pseudonymes à peaufiner…

 

 

 

.           Eitô, Science Fiction dans anthologie Arcane, ed Voyel, 2010.

 

.           L’œil de Skadi, Science Fiction, Géante Rouge n°19, 2011,

.           Vieille Branche, Science Fiction, Blog chroniques stellaires,2012

.           Lisible donc ici et pas ailleurs…

http://chroniques-stellaires.blogspot.fr/2012/08/vieille-branche-de-sebastien-clarac.html

 

 

.           Sébastien Clarac

 

le 24 août 2012...

Publié dans Publications

Commenter cet article

Fabien Lyraud 25/08/2012 11:41

C'est curieux, j'aurais cru que Vigo se passait avant Vieille Branche. Il semblait y avoir une situation plus balkanisée dans le premier.

Sinon pour tes pseudonymes, puisque je ne lis que des nouvelles sur des supports en ligne, je ne suis pas près de les débusquer (:-).

Fabien Lyraud 24/08/2012 20:39

Si le travail de Sébastien m'intéresse c'est que c'est un des rares auteurs à toucher au Nouveau Space Opera en France. C'est à dire un space opera avec des thématiques tournant autour du
transhumanisme et de la post humanité, avec un présence forte des IA. Mais Sébastien est quelque part diamétralement opposé aux américains avec son traitement humaniste et progressiste. Son
traitement diffère aussi des auteurs britanniques qui sont généralement cynique. Il y a là une vision humaniste et positive qui fait plaisir à voir et c'est un type d'approche que j'apprécie de
plus en plus.

La période du Hiatus, c'est la même que celle de Vigo à vue de nez avec une période de tensions politiques dans la galaxie ?

clarac 25/08/2012 08:44



.           Salut Fabien ; tu es bien
parti pour me percer à jour derrière certains de mes pseudonymes… Comme il se trouve qu’en plus d’être historien je suis ethnologue la question essentielle qui motive mon écriture est la
définition de cette insaisissable « nature » humaine, de son articulation nature/culture, ses conjugaisons, altérations, etc. Au regard des innombrables situations prévisibles, mais
surtout imprévisibles, auxquelles l’humanité finira bien, tôt ou tard, par se frotter… l’Homme, avec un grand « H » donc, pour sa dimension collective ; mais aussi l’homme avec un
grand « I », l’individu. Même si cet « individu » n’est pas biologique… Ce questionnement qui guide mon écriture ne transpire pas que dans mon univers SF de Space Opéra, mais
c’est une autre histoire…


.           Peut-être, ou pas, est-ce du
Nouveau Space Opéra, je n’en sais rien car je suis inculte en la matière ; toutefois Ian Bank avec son cycle de la « Culture » ne m’est pas très éloigné, c’est un autre univers et
il écrit mieux que moi.


.           J’essaie juste de rendre mon
écriture moins rébarbative qu’un article universitaire en racontant, essayant du moins, des récits et des aventures. Raison pour laquelle Vieille Branche ne correspond pas complètement à ma
définition de la nouvelle car le récit, l’aventure, ne se suffit pas à lui-même et n’est qu’un prétexte à exposer une vision/théorie, et ici les bases, les clés, de mon univers SF Space
Opéra.


.



.           En effet Vigo et Stun vivent tous deux pendant le
« Hiatus » ; Lorsque Vigo entre en jeu, Stun est « hors jeu » depuis des siècles (faudra que je trouve le temps de mettre en ligne les autres épisodes, mais comme
personne ne les réclames il n’y a pas d’urgence)… La géopolitique est différente entre les deux, la Terre et le Pontificat ne sont plus une « menace » quand Vigo apparaît (Aymeric est
passé par là entre temps…), en revanche les Cybériens commencent à poser problème. Le hiatus s’achève peu après Eitô. Peut-être que le mystère des IA, des Nef, et plein d’autres choses,
trouveront un sens et des réponses à l’avenir… Avec Alfrost ?


.           à suivre…


.           Sébastien Clarac & alias